Et s’il était fait chevalier Jedi ?


Il y a très longtemps dans les confins du ciel, alors que Jésus n’était pas encore venu sur la terre, les personnes de la Trinité discutaient pour savoir ce qu’il fallait faire pour les hommes. « Tu as vu ce qu’il se passe sur la terre? Il va falloir faire quelque chose ! » déclarait le Père, et le Saint Esprit lui répond : « on a qu’à envoyer le Fils pour qu’il fasse quelque chose, il a toujours été très doué pour cela. ». « Bon, d’accord, dit le Fils, cependant que vais-je devenir sur la terre ? Être Dieu, Fils éternel du Père éternel je sais… mais sur la terre ? » La Trinité Sainte convoqua alors saint Michel. « Nous avons une mission pour toi, nous voudrions venir sur la terre, envoyer le Fils pour sauver l’humanité, mais nous ne savons pas trop ce qui serait le mieux. Peux-tu nous faire un rapport rapidement ? ». 

Alors Saint Michel, accompagné de l’ange Consultus partit à la recherche de quelques figures de Sauveur dans l’histoire des hommes, pour voir ce que pourrait choisir Dieu.

Voilà donc notre Archange en route pour une agence de conseil en marketing.

 « Bonjour Saint Michel, que désirez-vous ? »

«  Alors, c’est tout simple, mon Dieu et Seigneur voudrait s’incarner, se faire homme, et je dois lui rapporter quelques possibilités d’incarnation ».

« Un instant s’il vous plait, je regarde ce que je peux vous proposer dans notre catalogue »

« Alors voilà j’ai quelques pistes pour vous : votre Maître pourrait devenir Chevalier Jedi à la manière d’Anakin ou de Luke Skywalker, et combattre les forces du mal avec un sabre laser et un vaisseau spatial. » 

Saint Michel réfléchit un instant puis répond : « moui enfin bon, depuis George Lukas c’est déjà pris comme idée » 

« Sinon j’ai l’option super Héros. Ce serait plutôt homme araignée comme Spiderman, ou justicier en collant bleu et slip rouge : Superman, ou bien encore homme chauve-souris à la manière de Batman. »

 « Oui… Cependant, je ne crois pas que mon Seigneur ne veuille sauver que Gotham city, ce ne serait pas de chance pour les habitants de Melun et du Mée qui n’ont pas eu la chance de naître à Gotham… » 

« Attendez là j’ai peut-être quelque chose digne de la puissance de Dieu : Sauron, modèle Seigneur des Anneaux, roi tout puissant qui règne sur le monde avec ses dragons et ses armées. C’est pas mal non ? Orques, Ouroukai et autres éléphants de guerre… »  « Non, ça ne lui ressemble pas du tout, ses seules armes sont l’Amour et la Vérité, je ne pense pas que cela puisse convenir » 

« Vous êtes bien difficile, monsieur l’Archange, reprit la conseillère en marketing. Bon, attendez un instant, j’ai quelque chose pour vous : super business man, il se fait plein d’argent en vendant des super téléphones révolutionnaires avec écran tactile et une pomme argentée dessus, ainsi il pourra donner plein d’argent pour aider les autres et pour qu’on le suive… » « Ah non, ça non plus ce n’est pas possible, désolé. Son trésor est dans le ciel et non dans le coffre d’une banque »

En aparté, Saint Michel chuchote à l’oreille de l’ange Consultus … « Franchement, elle ne comprend rien au Seigneur cette experte en marketing ».

« Sinon, j’ai Père Noël : avec les Reines, le bonnet rouge, la neige. Il distribuerait des jouets aux enfants la nuit de Noël en passant par la cheminée, qu’en dites-vous? »

 « Je crois que le Seigneur a autre chose à offrir que des playstation 4, des poupées barbies, des exemplaires de Call of Duty. Il est venu pour que le monde ait la vie, et la vie en abondance, il est venu pour donner sa vie en rançon pour les multitudes » …

« Bon, d’accord, vous êtes difficile : orateur brillant et homme politique à succès ? C’est bien ça : galvaniser les foules par de grands discours, leur faire des promesses… qu’en dites-vous? l’ange Consultus, se frottant les ailes, se tourne vers Saint Michel en disant : « j’ai pas l’impression que le patron soit tellement du genre promesse en l’air et beau discours. Il dit, et cela est. Il n’est pas du genre à vendre du rêve ou à proférer des mensonges… » 

Vous êtes terriblement exigeant, il me reste une dernière entrée au catalogue après je ne pourrai plus rien pour vous : médecin ou psychologue, pour soigner toutes sortes de maladies. A nouveau Consultus réfléchit, touche son auréole et finit par répondre : non vraiment, ce n’est pas une bonne idée, Dieu ne saurait se contenter de la santé du corps. Ce qui l’intéresse c’est la sainteté, il est celui qui est trois fois saint. » Saint Michel soupire « Décidément, dans les agences de conseil, impossible de trouver ce que nous cherchons. J’ai peur que nous ne devions retourner voir le patron les ailes vides. »

Un peu honteux de n’avoir rien trouvé, Saint Michel et son adjoint retournent auprès de la Trinité. « Mon Seigneur et mon Dieu, nous sommes allés demander conseil aux hommes, mais impossible de trouver quelque chose de votre style et digne de vous ». Tandis que l’Archange donne ses explications, le Père semble réfléchir… il se tourne vers le Fils et lui dit : “tu vas te faire petit enfant”. Saint Michel, ébahi, déclare : « Mais ce n’est pas possible, voyons ! » . 

Le Seigneur lui répond : « je ne veux pas être un sauveur à la manière des hommes, puissant, fort, écrasant et dominant. Je veux régner dans leur cœur par amour. Alors, je me ferai fragile et vulnérable, faible et petit. Je veux vivre tout ce que les hommes vivent, de la naissance jusqu’à la mort. Pour que jamais un homme sur la terre ne puisse être loin de moi. 

Je veux naître parmi eux, à la manière des hommes, parce que je veux être « Emmanuel » Dieu avec nous. Je veux me faire petit enfant, pour que je puisse vivre chaque âge de la vie des hommes : l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte. Je veux pouvoir compatir à toute leur souffrance. Je veux aimer avec un cœur d’homme, je veux souffrir avec un corps d’homme, je veux rire avec un rire d’homme. »

Frères et sœurs bien aimés , le mystère que nous célébrons en cette nuit est extraordinaire. Dieu, le tout puissant, le créateur du ciel et de la terre, se fait homme – petit et vulnérable. Nous ne pouvions, nous hommes, nous mettre à la portée de Dieu, alors Dieu vient se mettre à notre portée. Pourquoi ? Pour que nous puissions entrer en relation, en amitié avec lui. « je ne vous appelle plus esclave, je vous appelle mes amis ». Je veux vivre avec toi une amitié. Nous avons tous l’expérience d’amitiés humaines, et de vraies joies dans ces amitiés. Parce que nos amitiés sont des lieux où l’on se donne, où l’on se décentre de soi. Pour nos amis, nous sommes prêts à remuer ciel et terre, et nous goûtons une vraie joie. Le jour où votre meilleur ami dit : « j’ai besoin de toi, viens vite ! » vous accourez même s’il est minuit. Vous ne vous demandez pas si vous avez envie, si vous en ressentez le besoin, ou si il fait beau. L’ami est celui qui est là. Il est celui qui se donne sans compter, sans mesure. En cette nuit de Noël, le Christ se fait petit enfant pour nous offrir son amitié. Il nous invite à vivre notre foi comme une amitié : la question n’est pas combien cela me rapporte, est-ce que j’ai envie, est-ce que je ressens quelque chose, mais « qu’est-ce que je donne? » dans cette amitié. Jésus se fait petit enfant dans la crèche, et il a besoin de moi, il a besoin de vous, il a besoin de nous. Il a besoin de nos bras pour le porter, de notre cœur pour l’aimer. 

Non, frères et sœurs, Dieu n’est pas un être tout-puissant, reposant sur son petit nuage et qui envoie grâces ou calamités en fonction de ce que nous faisons. Dieu se fait homme pour entrer dans une relation d’amitié avec nous, et il sait que je ne peux être ami qu’avec celui que je peux connaître. Pas simple d’être ami avec un poisson rouge ou un cerisier… Dieu ne se fait pas concept. Il se fait ami, il se fait petit. 

En cette nuit de Noël, que nous soyons très proches du Christ ou non, j’aimerais que nous puissions tous entendre cela de la bouche de Jésus : « Je viens me faire homme dans la crèche, pauvre et vulnérable, pour te rejoindre, toi, dans toute tes souffrances, dans tes petitesses, pour que jamais tu ne sois seul. Je viens me faire homme pour vivre ta vie. Je viens me faire homme pour que tu deviennes mon frère, mon ami. Pour que tu puisses me connaître et que je puisse te connaître. En cette nuit de Noël n’aie pas peur de t’approcher de la crèche, de choisir de me prendre comme ton ami. Je te tends la main. En cette nuit de Noël, accepte mon amitié. Ta vie sera changée. Tu goûteras à la vraie joie »

Amen