L’ange, le bœuf et le Petit Prince ! (Nuit de Noël)

Déjà minuit passé et les animaux de la crèche commencent à s’agacer. « Impossible de dormir avec toute cette lumière » s’écrit l’âne, « et puis ils ne vont jamais s’arrêter de venir nous voir » renchérit le bœuf « vraiment pas possible d’être tranquille ce soir s’exclame le mouton » il aurait préféré dormir. Un berger passé par là surprend leur conversation nocturne « vous n’avez pas honte les animaux ? vous n’avez donc rien compris de ce qui se passe ce soir ? ».

« Tu sais toi le berger, nous on a pas choisi de venir là, cela fait 3 semaines que l’on attrape froid dans la crèche de cette Eglise et on se demande bien ce qu’on attend encore, va-t-on passer l’éternité à contempler une mangeoire vide ? » répond le mouton avec force. L’ange, aux ailes ébouriffées  et à la trompette fatiguée s’écrit alors : « c’est pas bientôt fini tout ce vacarme ? quel est le problème ? »

« Bah en fait ce sont les animaux de plâtre ils en ont marre d’attendre et se disent qu’on en fait un peu tout un pataquès de cette affaire ».

Soulevant sa trompette et se frottant les yeux l’ange se décide alors à faire un peu réfléchir les personnage de la crèche… « bon alors, pour vous qui est cet enfant » ?

« Si on l’attend depuis si longtemps c’est qu’il doit être important » souligne le mouton. « Moi je pense que c’est une sorte de super héros : plein de pouvoirs exceptionnels pour battre tout le monde un peu comme avec Captain America ou Batman ».  Avec ses yeux de plâtre le berger le dévisage alors et rétorque : « mais ce n’est pas possible voyons ! as-tu déjà vu un super héros naître dans une crèche au milieu de la paille ? avec un bœuf et un âne à coté ? réfléchis une seconde ce n’est pas une place pour un super héros. Et puis il est rare que l’on connaisse la naissance d’un super héros. As-tu vu déjà quelqu’un qui annonçait dans le journal « je vous annonce une bonne nouvelle qui sera pour vous une grande joie : aujourd’hui vous est né un batman ?… non ça sonne creux. Ce doit être autre chose ».

Le bœuf un peu endolori par une position trop longtemps gardée s’écrit alors : « j’ai trouvé quelque chose, écoutez, c’est dans le livret laissé par la dame tout à l’heure, elle l’avait oublié devant la crèche : Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. »

Après un temps de silence, l’âne réunit ses forces et réfléchit tout fort : « Prince de la paix… ça me rappelle quelque chose… attendez un peu. Oui, l’histoire d’un petit prince qui vient d’en haut, c’est bien un enfant et il visite des planètes. Il vient d’en haut « il est donné » et il rencontre sur chacune des planètes des gens très préoccupés par leurs occupations personnelles : il y a le roi, le buveur ou le businessman et il pointe à chacun leurs défauts pour qu’ils puissent les changer en qualités.

D’accord, c’est une jolie histoire reprend l’ange, mais dans ton histoire personne ne l’attend ce petit prince, il arrive comme cela dans l’histoire et on ne sait pas trop comment il repart. Et puis est-ce que les gens changent de vie après ? on ne sait pas. Si vous êtes là depuis 3 semaines dans le froid c’est qu’il doit il y avoir une réponse plus grande encore. Le bœuf tu veux bien continuer ta lecture ? Alors le bœuf reprend : « Aujourd’hui, dans la ville de David,  vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur » attend j’ai aussi trouvé cela : « la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. ».

Le mouton, qui s’était tu de peur de redire une bêtise, s’écrit alors : “salut ! salut ! il faudrait donc dire bonjour ?”

“mais non” reprend le berger, “décidément tu ne comprends rien, salut ça veut dire sauver mais sauver ? pourquoi serions-nous sauvés, l’ange tu peux pas nous aider un peu ?”

L’ange tout heureux qu’enfin on se tourne vers lui plus clairement : “Je serai heureux de vous expliquer : Cet enfant n’est pas un enfant ordinaire, si vous êtes là avec vos yeux de plâtres à contempler la mangeoire depuis si longtemps ce n’est pas pour faire joli. Cet enfant que vous attendez c’est celui qui est venu apporter la paix dans votre cœur. C’est celui qui est venu guérir une blessure dans votre âme. Parce que vous le voyez bien, il vous est plus facile de faire le mal que de faire le bien, de blesser que de bénir. Alors Dieu a décidé d’envoyer quelqu’un, non pas un petit prince joliment habillé, non pas un super héros avec une bonne dose de pouvoir magique, mais bien un homme mais un homme qui serait Dieu, un homme qui serait son Fils. Il décide de venir lui-même s’occuper de vous. Si nous sommes là ce soir avec tous mes confrères anges c’est bien pour vous annoncer cela : Dieu est proche de vous. Si depuis plusieurs semaines je fais mes gammes pour entonner le Gloire à Dieu en cette nuit, c’est pour vous rappeler que Dieu se fait proche. Que Dieu a choisi de vivre la vie des hommes de A à Z qu’il est « Emmanuel » Dieu avec nous.

En cette nuit de Noël, chers amis de la crèche vous êtes là pour rendre ce témoignage : Dieu n’est pas loin, Dieu n’a pas abandonné son peuple à ses difficultés : « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ». Dieu a voulu venir à la rencontre des hommes pour les sauver, de l’intérieur. Il a voulu expérimenter dans son corps tout ce que vit un homme. Et vous, l’âne et le bœuf, vous êtes là pour réchauffer l’enfant Jésus… non, vous ne servez pas à rien : vous servez le Roi des Rois, le Seigneur des Seigneurs, le créateur de l’univers qui a froid dans cette crèche.

Si vous êtes là en ce soir c’est pour rappeler à tous les hommes qu’un sauveur leur a été donné. Qu’ils ne sont plus seuls, que le Roi est devenu leur frère, qu’il ne faut pas attendre de lui d’être un super héros venu de l’extérieur ou un petit prince tombé du Ciel mais il est un Dieu qui se fait homme pour vivre avec vous toutes les réalités de notre vie d’homme. Depuis que dans la nuit de Bethléem, la lumière a jailli,  l’homme n’est plus seul et que Dieu veut rentrer en alliance avec lui, même plus en communion”.

Alors le bœuf tout réjouit de sa trouvaille s’exclame «  j’ai compris : Dieu veut faire alliance avec l’homme comme le Renard veut entrer en relation avec le petit prince ? » « bonjour, dit Dieu, bonjour, répond le renard. Qui es tu ?, dit le renard. Je suis Dieu. Viens me rendre heureux répond le renard. Je ne peux pas, nous n’avons pas encore fait alliance  ensemble ! Cela veut dire quoi faire alliance ? Cela veut dire lier sa vie avec la vie d’un autre. Pour faire alliance, il faut se rencontrer, se regarder, s’écouter, se comprendre et nous marcherons ensemble et nous aimerons ensemble. »

L’ange se dit intérieurement que le bœuf était vraiment illuminé de grâce en cette belle nuit et qu’il avait compris l’essentiel : Si Dieu se fait homme c’est pour que nous puissions faire alliance avec lui, c’est que nous puissions mettre un visage sur son amour. Mais avant qu’il ait pu terminer son monologue intérieur, les premières notes de l’orgue chantaient déjà « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ».